Jean-Marc-Nicolas.GLettres à ÉvaHors-SérieLa dignité de l'âme.

La dignité de l'âme.

Tu as aimé ce chapitre ?

17 commentaires

chocotean

-

Il y a 2 mois

Aaaah quel rituel, dont j'avais perdu l'habitude : mon café et ton histoire. Un truc digne de Stefan Eicher. Déjeuner en paix, en lisant une aventure où il y a un mec avec un coeur gros comme une maison et qui distille la bienveillance sous des airs bourrus. Je t'imagine toi, un peu comme cela. Merci pour ces lignes de partage et d'espoir

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 2 mois

Oui un peu, on est toujours gêné de donner, par pudeur, c'est mieux de donner sans qu'on sache que l'on a donné. Les remerciements sont de trop, ce n'est pas la peine.Mais là, il ne peut pas faire autrement et le soucis est surtout de ne pas y ajouter un malaise et pour lui et pour les autres d'autant qu'il faut tempérer Bonaventure en souffrance et dont il ne reste plus que l'orgueil.

FéeVerte

-

Il y a 3 mois

Ah enfin ! Il part, il rentre chez lui, est-ce que Martha aura vu Eva ? Et tous ses gestes qu'il fait pour sa chambrée, depuis qu'il est rentré dans ton histoire il est vraiment d'une belle qualité d'âme comment ne pas le remarquer dans l'horreur d'une guerre comme celle-là. Et Valantine on lui dit aurevoir aussi, est-ce qu'elle va revenir dans la suite, en principe non mais cet espace hôpital a fait une trêve finalement, donc petite larme à l'œil dans cet aurevoir😢. Non je bosse beaucoup seule 😜😉mais on a des groupes d'étudiants🤦‍♀️, j'y vais parfois mais c'est surtout ils échangent, ils s'expliquent des trucs pas pigés, je m'y ennuie, je bosse mieux seule. 😁Maintenant j'attends la suite et je continue à réviser🤩😋😎

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 3 mois

Moi aussi je préférais être seul, pour étudier ou encore aujourd'hui pour étudier un dossier, je vais plus vite dans mon esprit, ça se coordonne plus rapidement, la synthèse est même évidente pour moi. Mon esprit se perd ,il se dilue dans des réunions qui semblent toujours trop longues, on se perdent en palabres, ça pérore pour se donner de l'importance.pour ce chapitre qu'est ce que ça démontre? Eh bien certe une qualité d’âme dans le soucis d'apporter son aide aux autres mais il y a quelque chose d'autre de plus discret mais qui s'insinue dans ce partage, ça s'appelle la pudeur. Elle est d'autant plus forte, qu'il s'agit d'hommes avec tout ce que représentait un homme à cette époque de fierté et de dignité personnelle.Alors d'Emery présente "la chose" d'une manière pudique en laissant ressortir que l'on a besoin de ces hommes, qu'ils sont (encore)utiles pour les dégager si je puis dire du sentiment pénible de croire que ce sont eux qui ont besoin des autres à cause de leur invalidité. Et c'est là précisément que d'Emery dégage toute son humanité. Je donne mais surtout je ne veux pas que cela ce voit.Bonne soirée FéeVerte. Et courage pour la suite, je n'oserai prononcer le mot de Cambronne

Groot Gross

-

Il y a 3 mois

Mais bon snag de bon diou de merde ! Quel mec, je me mets au garde à vous carrément face à l'ordi, mais ils sont où ces mecs ? Soit je fréquente pas les bonnes personnes, soit je les attire pas MDR. Sacrément beau chapitre avec les honneurs.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 3 mois

Toi tu me fait éclater de rire, d'habitude c'est HaliBerrah mais là...Je sais, je sais moi aussi j'ai traversais cette existence avec beaucoups de mauvaises herbes. Alors lorsque tu croise ou que tu croiseras ce genre de personne, préserve le de tout le mal que l'on pourrait lui faire et il t'apportera énormément, ça existe aussi chez les femmes, il y en a des biens, des très biens. En fait les gens bons c'est comme la crème dans un verre de lait, c'est juste à la surface.Mais toi, tu es quelqu'un de bien , je le sais, je le vois par tes commentaires, avance, tu croiseras des gens comme toi, parfois plus âgés, plus murs, ça se fera dans les milieux professionnels ou les clubs de sport.Comme des grands frères, des vrais potes quoi! Allez copain , je te laisse, c'est l'heure du film .

Groot Gross

-

Il y a 3 mois

J'espère que tu as vu un super film, et je vais te faire confiance quand je lis des réponses comme les tiennes o tu prends du temps pour nous répondre avec autant de qualité que tes textes j'ai d'un coup un bon espoir pour le relationnel extérieur. Je viens de lire ton dernier texte, il reste dans le cœur blanc de cet homme que dis-je ces hommes. je continuerai à lire ce que tu voudras bien partager😉Au prochain épisode je peux le dire.

Perrine

-

Il y a 3 mois

Encore un beau chapitre, avec la grandeur d'âme de ce commandant, c'est un moment super émouvant. Eh oui ! tu as raison beaucoup de copain pour les loco, je suis du genre garçon manqué et les gna-gna c'est peu pour moi, d'ailleurs toujours très amoureuse des locos surtout époque un peu en avant de la tienne comme la GWR ou la Mallet, tu dois connaître. Pour ta couverture, j'avais lu les autres commentaires, moi je me disais la voir en pied entière, comme si on la voyait de profil avec un miroir face à elle qui reflète son image et à droite son bureau, le papier dessus, l'encrier, la bougie et contre le mur partant de ses pieds vers le mur son ombre de ronces et d'aubépines, tu sais une vue grand angle, ce sera peut-être plus significatif que le trop de détail avec son peigne dans les cheveux bien sûr. Bien sûr que je me souviens de l'histoire je ne peux l'oublier, un coup de cœur parmi tes écrits pour moi, même si j'aime ta façon d'écrire, mon côté fantasque romantique avait été bien dans ton monde Sorcière.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 3 mois

Tu sais à quoi je pense en te lisant? A une autre idée; mais qui part de ton idée, on peut aussi imaginer Elisabeth seule de dos, dans la partie reflet du miroir qui est de son monde se regarder dans son reflet (notre côté) tenir le petit Bertrand et derrière, son ombre en dame de ronce et d'aubépine.Bien sur petit bureau pages à écrire, plume, bougie qui donne l'ombre. Tu veux que je te dise? Je me rend compte que cette histoire devrait dégagée plusieurs illustrations, car elles sont toutes intéressantes les propositions et que le soucis c'est qu'il faut choisir. Tu m'épate, vraiment, je suis tout bête devant tes connaissances en machine à vapeur. J'aime les GWR anglaise, les types 4900. Tu aime les Mallet, oui se sont parfois les plus impressionnantes surtout en Amérique du Nord. On ne doit pas s'ennuyer avec toi. Pour l'illustration tu es la deuxième à évoquer "le grand angle" je crois que c'est Sarah Relousse qui l'évoque, le fameux champ en profondeur, utilisé par les peintres, mais aussi par les cinéastes. Je suis en discutions avec l'illustrateur, il n'y a rien qu'il ne puisse faire, simplement en fonction du format du livre, il me dit qu'il faut éviter les supers-détails, je lui ai demandé ce qu'il appelle "super-détails" en fait la peinture est réalisée sur un grand format à la base genre toile 40 par 60 donc les détails ne sont pas un soucis en soi mais réduit au format 13.9 par 21. Ce qui est tout de même plus grand qu'un format de poche. Mais en résumé cette histoire tourne autour de cette jeune femme en souffrance qui refuse de mourir, qui vit de l'autre côté du miroir, qui aime et s'attache facilement aux enfants, qui a une histoire toute particulière avec le jeune Bertrand et qui en colère, se transforme en cette entité de "colère" Il serait bien entendu de bonne aloi que l'illustrateur s’imprègne de cette histoire au delà de mon résumé, il s'est engagé à le faire, attendons. Pour le chapitre, oui, c'est un rapport entre hommes tout-en douceur tout en pudeur, il s'agit de ménager l'orgueil de ces hommes qui en a pris tout de même un coup. Oui je t'avouerai que je voulais l'écrire dans cette idée là mais que je me suis pris à plusieurs reprises pour le façonner comme je te le donne finalement.A bientôt

Leoden

-

Il y a 3 mois

Respect, resté humble et donné un avis ? J'aimerais voir plus de gens avec un coeur comme ça. Le discours vas être poignant.