Jean-Marc-Nicolas.GLettres à ÉvaHors-SérieLes gestes tendres.

Les gestes tendres.

Tu as aimé ce chapitre ?

16 commentaires

Lacurea

-

Il y a 4 mois

Ca y est je suis en mode tout mou, qu'il est beau ton chapitre, tous ces gestes qu'elle fait, cette échange qui commence avec d'Emery, comme dans huit-clos, c'est intense dans le silence d'une nuit prêt à tous les aveux, les émotions, de son côté la pensée pour les siens dévorés par la vermine et les corbeaux, ça fou des images qui donnent le versant de la pensée de cet homme qui je le comprends est torturé, manque de ces combattants qui dans un hier étaient si proches les uns pour les autres.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 4 mois

Oui c'est un homme torturé, et tu sais pourquoi? Parce qu'il pense,je veux dire qu'il pense vraiment. Il analyse, et ressent les profonds sentiments humains, tant au point de vue du mal que celui du bien. Il ne comprends pas pour qu'elle raison , l'homme met-il autant d'acharnement pour faire du mal à son prochain. Pour quelle raison, faut-il toujours qu'il détruise et qu'il gâche tout après avoir fait des efforts considérables pour construire pourtant de belles choses.Il a du mal à accepter qu'il puisse y avoir autant de fraternité entre les hommes pour qu'ils se tuent mieux sur le champ de bataille.Il se demande finalement si la vie, l'existence que nous menons ne peut pas être considéré comme une immense scène de théâtre. Nous serions tout simplement myopes de ne pas percevoir les gradins et ceux qui nous observent nous débattre dans nos illusions.

FéeVerte

-

Il y a 4 mois

Des gestes tendres, c'est vrai que depuis que tu écris sur Valantine elle est toujours douce et tendre comme ses gestes qu'elle fait vers ces hommes, quand elle a mis un geste sur tous elle commence à échanger avec lui dans la pénombre d'une chambrée, voilà tu m'as filée de frissons en lisant cela, un moment de tendresse à différents niveaux de part en part🥶😎remise du gla-gla, moi j'ai vraiment aimé lire ce doux moment au petit déjeuner😊😋

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 4 mois

Oui, il y a des moments dans la vie, ce sont de rares moments, des moments magiques, où furtivement, s'installent une complicité entre deux êtres. Un événement , des choses dites, qu'ils sont seuls à savoir et qu'ils ne répéterons jamais à personne. Ces deux êtres ne sont pas forcément de la même famille ou même amis.Mais ils étaient là, à l'endroit et au moment opportun (ou inopportuns) ça dépend pour qui.Ce moment fort, est un instant de complicité pendant laquelle ils se découvrent, il n'y a pas de tricherie, plus de pudeur, plus de faux semblants, peu de mots peut-être, juste deux regards qui se croisent et se fixent, se comprenant sans mots, c'est cette communion que j'ai essayé de capter et de restituer.

Sand Canavaggia

-

Il y a 4 mois

Toujours du haut vol dans le domaine de l'émotions qui m'est si chère, le rôle d'une infirmière qui a toujours ou devrait avoir cette forme d'empathie. Des derniers mots d'une soirée, de bonne humeur, les souvenirs d'enfants qui rappellent combien dans le cœur qui vieillit, l'enfant se débat et donne aux battement la vigueur de tout ce que nous voudrions encore faire, en vain, s'adapter pour quoi, quand un boire un petit coup et/ou prendre, voler le sourire d'un instant qui se dirige vers nous, fait à notre âme le bien fou de ces folies comme une envolée de papillons qui nous donne des frissons et laisse le miroir de la réalité quelques instants derrière nous, il nous rattrape si vite...Comme dit d'Emery c'est un corps entier qui a mérité les honneurs, une armée entière sous leurs honneurs, et ce bonheur de quelques heures a donné à leurs yeux, un instant les joies de l'innocence...Merci pour ce chapitre, ce soir je ne sais pas pourquoi, mais je mes sens un peu triste alors ton texte y est pour quelque chose mêlé avec une chanson d'Aznavour qui est en train de glisser sur ma peau avec les larmes aux yeux..."...c'est comme un jour ça s'en va d'une infini tendresse, d'une infini caresse,...nous n'avons pu retenir que des lambeaux de bonheur, s'il n'y a plus d'avenir, il nous reste des souvenirs..."...Cette merveilleuse chanson d'amour je peux l'accrocher à chacun de ces hommes et moi cela met du spleen dans ma soirée. Bonne suite à toi et continue de nous ravir de ton écrit bouleversant qui sait garder tant de douceur malgré tout et la dignité de ces compagnons d'armes.👏👏👏👏👏👏👏👏

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 4 mois

Oui, l'amour c'est comme un jour, ça s'en va l'amour, ça s'en va. C'est comme un jour, c'est fait d'une infinie tristesse, d'une infinie tendresse.Mais si tu lis mon texte tout en écoutant De l'Aznavour.

Perrine

-

Il y a 4 mois

un doux moment d'attention de Valantine, c'est tellement doux, que l'on dirait des enfants bordés par leur maman, remarque c'est un peu le même type d'attention...de l'amour inquiet pour des hommes qu'elle semble avoir peur de perdre...je sursaute quand elle s'approche de d'Emery, c'est tout un havre de douceur finalement je trouve, ce sommeil après une fête, oui il sont encore un peu des enfants, nous aussi d'ailleurs et tant mieux.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 4 mois

Coucou Perrine, J’espère que tu as passée un bon dimanche.Elle sursaute aussi car dans la pénombre elle se rend compte néanmoins que d'Emery a les yeux ouverts, perdu dans ses pensées. Il est touché en même temps par la tendresse de la jeune infirmière.Beaucoup d'entre nous gardons un petit côté enfant en nous.Ainsi, nous ne sommes pas tout-à fait mort

Valantine.B

-

Il y a 4 mois

Oh Mazette, je suis là, et je parle avec D'Emery...que c'est gentil tu m'as toute tourneboulée...Tu as pris mon prénom pas comme un simple passage mais comme un personnage actif. C'est très émue et en même temps derrière mon écran je suis toute gênée et c'est tellement facile pour moi de m'y identifier, alors là à une heure de mon travail, tu vas me faire garder le sourire et le raconter à mes amis de la nuit. Merci de cet hommage aux soignants, ça se conjugue au milieu de l'époque que tu relates très dure à ce que nous vivons aujourd'hui, et l'on ne voit pas le terme encore. Merci de cette pensée, je suis très émue pour moi, les miens et tous les autres.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 4 mois

Eh oui, je te l'avais dis que tu serais présente, d’abord en remplaçant l’ancien prénom puis ensuite je dois l'avouer, en greffant des chapitres supplémentaires dans cette histoire qui n'est pas plus mal au final. Cela donne de la consistance au récit. De toute manière, j'ajoute toujours du texte aux récits avant de les éditer alors, autant que ce sois avec Valantine😁😉Mais il y a une suite avec Valantine...à suivre.