Jean-Marc-Nicolas.GLe reclusoir d’Élisabeth de Beaupond. (La pénitente.)Hors-SérieÀ la rencontre des enfants.

À la rencontre des enfants.

Tu as aimé ce chapitre ?

9 commentaires

chocotean

-

Il y a 7 mois

Trop fort, tu es trop fort ... vite le chapitre suivant et je commente à la fin

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 7 mois

Je l'ai terminé , mais il faut que je le corrige, et recorrige, mais ou suis je lorsque j’écris! Mais je vais le publier, ce n'est pas là non plus une promenade de santé, tu sais,je veux parler de ces chapitres dans lesquels, il y a une accalmie. J'ai beaucoup travaillé cette nuit jusqu'à cinq heure et cet après midi, je te dis pas dans quel état est mon appartement. Même pas fait le lit Bof.. Mais semaine prochaine beaucoup de RDV alors il faut que j’écrive beaucoup ce weekend.J'ai de l'avance mais il faut que je revisite tout pour que ce sois lisable, pas lisible je dis bien lisable. Bon à â part cela , je suis heureux de te lire, j'attends tes commentaires comme le chien attend son maître, Ce n'est pas bon je deviens addict de certains d'entre vous.

chocotean

-

Il y a 7 mois

C'est fait cher Jmng, je me suis régalée à commenter le chapitre suivant, puisque quand je me suis connectée tout à l'heure, j'avais chapitres à lire, et quels chapitres!

Valantine.B

-

Il y a 7 mois

Merci de ta réponse à mon commentaire, oui j'ai un travail qui peut paraître dur mais je trouve mes joies auprès de personnes qui ont encore plus de vie que certains malgré leur fin proche, trop, irréversible. C'est pour cette raison que tu comprendras pourquoi la fin de ton chapitre m'a beaucoup touchée, une Elisabeth qui a le pouvoir de nous permettre cet aurevoir que si peu ont la possibilité d'avoir. Je viens de me lever alors avec mon café je vais m'affaler dans un coin pour me réveiller. Continues cet écrit tu détiens une belle qualité pour transporter dans ton monde.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 7 mois

Si toi ou moi avions la chance d’être Elisabeth ,je sais que nous mettrions tout en oeuvre pour que ceux qui se sont tant aimés puissent se dire aurevoir de derrière le miroir de la vie. Cela réconforterait tellement d’âmes.Alors je te prends par la main et c'est pour t'emmener avec moi dans mon monde celui aussi du prochain chapitre. On y va...

HaliBerrah

-

Il y a 7 mois

Pourquoi ce matin je prends mon ordi et je préfère ma lecture que le site de la fac, il faut que tu m'expliques ? J'ai pouffé de rire même si c'est pas rigolo et mon père sur son journal tribune a pris des éclats et m'a dit "pas de tablette à table" au lieu de me jeter pour les taches sur sa lecture xo Mon rire a débloqué après 4mn sérieuses gobant tes phrases sur "lâches-moi créature du diable", sans rire tu as osé !!!!!!!!!!!! Elle ne s'est pas vu dans un "miroir" :) Et à la fin pour les jours à venir j'ai repris ma boîte de mouchoirs parce que le "papa, c'est Elie" me prévoit des larmes des ténèbres. Je vais donc attendre, aujourd'hui je cours les rues pour noël pendant que toi tu sues pour que j'éclabousses encore les déj en famille.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 7 mois

Toi tu me feras toujours rire, je vois bien la scène à table au petit déjeuné; "pas de tablette à table"pour la boite à mouchoirs je confirme, tu vas en avoir besoin sur ce prochain chapitre. Alors oui, va te changer les idées à l’extérieur au milieu de la foule. Bon l'autre ,elle est pas belle, elle est pas belle!! Personne n'est responsable de son visage disgracieux, mais elle n'est pas pire que les sœurs damnées lorsqu'elles piquent une colère.

Sand Canavaggia

-

Il y a 7 mois

Quel reflet bien lancé des enfants terrorisés dans la grotte, l'arrivée du capitaine et cette relation entre la dame au chêne, je l'ai compris, avec Elisabeth, puis la mort avec Elisabeth et Le capitaine avec Elisabeth, finalement la mort ne parle pas avec celle qu'il récupère et je trouve que cela met un climat plus noir encore dans cette partie de ton chapitre surtout si je prends en compte le fait que Mathilda a envie de rendre la mort aveugle c'est presque de l'humour. Je ne relève pas ces maximes divines que tu sèmes dans tes chapitres et qui renforcent sans aucun doute l'effet des actes que tu nous soumets, ils prennent vie. Et pour finir une explosion qui commence et qui va faire pleurer ou presque, Elisabeth retient le capitaine et son fils Elie est là, j'espère ne pas me tromper dans l'interprétation mais je suis quasiment sûre parce qu'Elisabeth dans précédent chapitre a été fortement touchée par les mots du capitaine qui avait enfouie ses douleurs et ne souhaitait pas qu'elle y accède, la force de ce moment ajoutée à la fin de ce chapitre emporte forcément mon raisonnement et mon émotion qui s'est tendu comme un fil de laine sur un chevalet attendant la suite du tissage renforcé de ton histoire. Bonne continuation et un grand merci de ce partage encore très apprécié sous ma lecture.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 7 mois

Oui je comprends ce que tu ressens , le capitaine a des douleurs de vie comme nous tous, il a des regrets , des douleurs, des choses non réglées. Et puis à cette époque, les hommes ne se libéraient pas beaucoup de leurs ressentiments.La pelote de laine se forme peu à peu . Mais c'est moi qui te remercie de me suivre.