Michbonj La maison d'Aurore Hors-Série Dernière rencontre au jardin

Dernière rencontre au jardin

Tu as aimé ce chapitre ?

5 commentaires

Marie-Eve Tries

-

Il y a 9 mois

Michel, tu as été l'une des belles rencontres que j'ai faites lors de ce concours. Merci pour ton texte, merci pour ta gentillesse et pour ton partage de sources!

Michbonj

-

Il y a 9 mois

Je crois que je n’ai pas terminé. Comme je le dis à Pénellope en dessous ( une autre belle rencontre, comme la tienne) je recopie : Je suis torturé, j’ai un autre chapitre dans la tête pour finir autrement avec un hommage au vivants, à l’autre, aux autres mais pas un truc genre « militant écolo différent » pas un appel à une organisation, juste poser un petit baiser dans l’âme, indélébile comme un tatouage. Pas dire : « écoutez-moi, j’ai raison » mais que la personne touchée se dise : « mon bisou, venu de je ne sais où, me rappel que c’est en moi le changement que je voudrais dans tel ou tel domaine. Je suis la vie, dans le monde des vivants et je peux par mon comportement être un ambassadeur du vivant. À plus j’espère. Depuis 3 jours je suis dans une maison intergénérationnelle, ce qui se passe ici est extraordinaire. J’ai trouvé comment vivre en accord avec les idées. Tu vas sur le net et tu cherches : « Mosaïque, maison intergénérationnelle. Saint Jean de Braye, 45800. Je viens de passer 2 heures à raconter des histoires improvisées à 4 enfants. Une autre personne après leur a fait écrire des mots nouveaux, ils avaient entre 7 et 10 ans.

Marie-Eve Tries

-

Il y a 9 mois

C'est génial! je suis occupée à monter à Ottignies un projet intergénérationnel avec activités économiques de transition sur un ancien site industriel, la Briktrie. Ce que je vois de ton projet ressemble à ce que nous essayons de mettre en place. Beaucoup de bonheur (et si ce dernier chapitre arrive, ce sera un cadeau pour nous <3)

Pénellope Van Haver

-

Il y a 9 mois

Bonne chance !

Michbonj

-

Il y a 9 mois

Bonne chance à toi aussi. Je suis torturé, j’ai un autre chapitre dans la tête pour finir autrement avec un hommage au vivants, à l’autre, aux autres mais pas un truc genre « militant écolo différent » pas un appel à une organisation, juste poser un petit baiser dans l’âme, indélébile comme un tatouage. Pas dire : « écoutez-moi, j’ai raison » mais que la personne touchée se dise : « mon bisou, venu de je ne sais où, me rappel que c’est en moi le changement que je voudrais dans tel ou tel domaine. Je suis la vie, dans le monde des vivants et je peux par mon comportement être un ambassadeur du vivant. À plus j’espère.