Jean-Marc-Nicolas.GÀ la découverte des Anachorètes.ThrillerDes intrus dans le Manoir.

Des intrus dans le Manoir.

Tu as aimé ce chapitre ?

31 commentaires

Brandon

-

Il y a 5 jours

Quelle sensation éteignant, ça tord les boyaux, ce manoir est lugubre porteur d'angoisses.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 5 jours

Oui, en effet.

Léoneplomb

-

Il y a 6 jours

Le manoir délabré "aux morts" et la bâtisse du monde de Rachel, ne font qu'un !

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 5 jours

Oui, ils ne font qu'un mais dans deux réalités différentes.

Véronique Rivat

-

Il y a un mois

Voila le lien entre les 2 mondes ! Je me demandais comment tu allais l'amorcer ! Je me suis arrachée a Rachel, notre enquêtrice qui mène de front 2 combats une maladie psychologique et une enquête concernant des disparitions inquiétantes qui s'étend sur des années. Je suppose qu'à un moment les 2 mondes vont se mêler. Rachel va-t-elle pouvoir les différencier, les combattre ou en tirer profit pour résoudre l'énigme ? Une sacrée policière ! Bravo !

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a un mois

Ho ma petite Véronique, jolie surprise, merci pour ton soutient. Oui, tu as raison, deux mondes qui vont se croiser, le notre et celui de Rachel, mais peut-être que ce monde noir, est tout simplement une forme d'hystérie personnelle liée à son traumatisme. Peut être une schizophrénie paranoïde? Ou bien alors, un autre plan de réalité? Un monde qui entrecroise le notre dont seuls ceux qui ont des délires paranoïdes le perçoivent.

Celine Edenkiss

-

Il y a un mois

Quand on vient te lire il y a le chapitre bien sur mais il y a aussi les commentaires. Tes lecteurs suiveurs sont au top ! Et puis toujours ton style tellement ancré dans la vraie vie même dans ce genre d'histoire. Quand tu écris en début de chapitre : "— La jeune Jacqueline Préjean, j’m’en souviens bien, c’est la fille des Préjean qui ont habité cette maison en 1931 juste après le Pendru. Je me souviens de toi, tu traînais quelquefois du côté de la demeure avec ton amie.", on pourrait se croire dans un roman "standard" si tant este que cela veuille dire quelque chose, mais non tout de suite après on replonge dans l'univers que tu as créé ! Juste génial.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a un mois

Ouiiii, l'essentiel, c'est que le surnaturel, se mélange, s'entrelace avec le naturel, pour rendre plus crédible, plus naturel, le surnaturel, pour rendre plus réel la schizophrénie paranoïde de Rachel. 😉😊

Perrine

-

Il y a un mois

Bien sûr pour copine, il y a presque deux ans que je ne te lâche plus d'une semelle, oubliant les autres textes au profit de l'attente du tien. Elle parle de malédiction comme toi je sais que c'est plus haut, comment voir une malédiction quand des mondes se rejoignent😃Quand j'attends de savoir ce qui va se passer😋Hummm c'est bon😊et tu sais les locos et armes c'est toujours mon grand crédo, d'ailleurs Rachel, ne serait-ce pas un Manurhin MR 73😍

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a un mois

La définition de malédiction, est un terme utilisé par les pauvres gens ignorants( n'y voit là aucun mépris bien entendu)qui n'ont aucune explication cohérente. Alors la superstition aidant on y voit vite une malédiction. Oh oui, je te considère comme ma copine, même si nous avons un contact uniquement écris, mais là, n'est pas la question. Ce qui compte c'est que l'on soit branché sur la même longueur d'onde, que l'on ait des passions en commun, c'est plus facile pour communiquer, on se comprend mieux. Pour le Manurhin MR 73, cela ne m'étonne plus que tu sois connaisseuse, en te lisant, je souris. Mais attention, l'époque à laquelle se déroule l'histoire ( 1960) il n'est pas encore en service, il le sera 13 ans plus tard; Et puis, dans la cave, elle injecte le chargeur, pour en introduire un autre. C'est donc un pistolet automatique, c'est en vérité un MAC 50 de 9 millimètres à 9 coups plus un engagé dans la chambre. D'ailleurs, il me semble avoir commis une erreur en écrivant que Rachel tire ses 8 coups. Mais bon. Mais à ce stade, tu n'es pas encore arrivé au chapitre suivant, alors tu ne peux pas savoir.