Alexandre AudiardR.E.M. ThrillerSeule V et l'interrogation II

Seule V et l'interrogation II

Tu as aimé ce chapitre ?

46 commentaires

Maëlle Tempête

-

Il y a 6 jours

Je ne sais pas si en version papier tu mettrais ces deux passages en parallèle. Mais en tout cas c'est rigolo de voir ce flic un peu con et l'enquêtrice très maligne.

Alexandre Audiard

-

Il y a 5 jours

yep !

Maëlle Tempête

-

Il y a 6 jours

J'adore cette expression!

Alexandre Audiard

-

Il y a 5 jours

Merci !

Barbara Tremblay

-

Il y a 6 jours

Addictif, j’aime beaucoup!

Alexandre Audiard

-

Il y a 6 jours

Merci beaucoup Barbara !

La Plume d'Ellen

-

Il y a 6 jours

Voilà, j'avais raison sur un point : le blessé qu'ils ont trouvé mais que tu n'avais pas vraiment identifié dans le chapitre précédent etait bien un méchant. Par contre, celle que je croyais que l'on allait forcément retrouver morte se retrouve embarquée de force par l'autre méchant. En revanche, le policier qui s'effondre... c'est du grand art ! Et d'une, du coup, il ne peut pas faire son job et rattraper celui qui s'échappe et de deux, cela donne de l'émotion car on s'était attaché à ce gentil. Pour la seconde partie, c'est plus étrange. Il faut parvenir à s'y retrouver chronologiquement. Ensuite, la description de la mémoire de celui qui est interrogé est assez brutale... Je poursuis.

La Plume d'Ellen

-

Il y a 6 jours

Oups... enfin quand je pourrais 😉

Alexandre Audiard

-

Il y a 6 jours

Voir la réponse sous le chapitre précédent. Le blessé est bien identifié avec la phrase ''Le halo blanc de sa lampe dévoile le moribond ensanglanté. '' = il n'y a qu'un seul moribond, le taupin qui a subi l'attaque d'Yvette (La mémé) mais (j'en prends la faute avec tous ces chapitres et histoires qui se déroulent en parallèle.. ) il semble que ce passage n'était pas assez précis (percutant ?) pour vous. En tout cas, je réfléchis à tout ça et garde tout ça pour la réécriture. Merci de votre passage ! Au plaisir de vous lire

Alexandre Audiard

-

Il y a 6 jours

Ce petit quiproquo m'obsédait trop ... Il fallait que je sache pourquoi vous aviez obnubilé certains passages importants. Après un café noir, deux capuccinos et trois Espressos, je crois que j'ai résolu l'énigme, dénoué le nœud gordien, trouver le morceau du puzzle manquant bref... Se pourrait-il que vous ayez survolé le chapitre 15 (seule à la maison III) dans lequel la victime sanguinolente est bien identifiée ? Yvette (le mémé) est celle qui frappe et cause les dégâts dans ce passage que je reprends ici = '' Yvette relève la tête. Un voile noir défile devant ses yeux. Sans attendre, elle lève la batte et cogne sur la jambe du molosse de toutes ses forces en grognant comme une chienne enragée. Le choc fait plier les os du genou vers l’intérieur, en sens inverse de l’articulation. Le tibia craque et transperce l’épiderme, accompagné de liquide écarlate et d’un amas de ligaments'' .Voilà le passage qui identifie le moribond (et son attaquante) , celui qui répand son sang sans soucis et qui a donné du fil a retordre... Bon, c'est pas tout, je retourne à mon traitement de texte pour rédiger la suite. En espérant qu'elle vous plaira !