Jimilie CroquetteNe résiste pasNew RomanceChapitre 43

Chapitre 43

Tu as aimé ce chapitre ?

89

65

16

16 commentaires

kleo

-

Il y a 2 mois

Bravo à toi pour cette histoire qui mérite cette place. Merck pour tes likes partages et commentaires sur les autres histoires. Je croise les doigts pour la suite. A bientôt

Jimilie Croquette

-

Il y a 2 mois

Merci Kleo !

Samantha Beltrami

-

Il y a 2 mois

+9 en cette fin de concours.

Jimilie Croquette

-

Il y a 2 mois

merci bien ! déblocage demain quoi qu'il arrive

Mareva Lawren

-

Il y a 2 mois

Oh l'ordure ! 🤬🤬🤬

Jimilie Croquette

-

Il y a 2 mois

Ah bah... C'est des nazis, hein. ^^

Gabriele V

-

Il y a 2 mois

bravo à toi pour ce concours superbement mené ! ton histoire est toujours très plaisante à lire :) bon courage pour la dernière ligne droite ! et ouf ! ils ne les ont pas trouvés !!!

Jimilie Croquette

-

Il y a 2 mois

Merci beaucoup ! Ouf ils ne les ont pas trouvés... cette fois. Ces enfants traqués comme des bêtes ne connaîtront de repos qu'à la libération... dans un an.

Sand Canavaggia

-

Il y a 2 mois

Je viens de finir ma seconde lecture de ton texte et avec un tel plaisir, tout y est fluide et très réaliste. Dès sa fuite avec Blandine (Basile/BB), l'instant avec les allemands sous la pluie sous l'érable. Rencontre avec Jersey, Timon, Mémé, Renard et Belette ;Miriam et Samuel les évadés des trains de la mort. Irène (Lotte) prend sa place. Ben qui se passe souvent la main dans les cheveux, j'imagine la brillantine qui l'aide à les lisser comme mon arrière grand-père et grand-père utilisaient… Puis leur échange devant l'école, le regard réprobateur des mères, enfants et je m'imagine dans leur maison cette haine portée à l'occupant. Puis leur repas, la bouteille de vin qui en dit tant sur la misère du quotidien d'Irène. Puis la parenthèse sur François nécessaire pour rester connecté avec ce que je pense être la trame de fond de ton histoire (un résistant en fuite et une institutrice se débattant pour survivre avec le cœur qui palpite pour un allemand). Un moment exceptionnel selon moi, d'émotion, le déshabillage de Ben dans la nature… Sa prise de poste à la Kommandantur moment froid, de peurs, dur mais avec panache elle s'en sort. Au chap24 Beaucoup de "c'était lui" mais je pense intentionnel pour renforcer le fait… à voir. Chap 27 un baiser torride, je devais t'en féliciter, sans vulgarité mais très chaud. Après je me suis trouvée avec un brin d'empathie pour Denise et ce colonel abject. Mais le chap de la clef refroidit et Irène se débat pour une solution. Le pillage de la ferme avec des enfants insouciants, c'est tendre et périlleux. Au chap 34 la dissonance cognitive, petit mot, pour relever ce qui ne m'a pas marquée lors de ma première lecture. C'est un terme utilisé en psychologie mais tu l'as mis au bon endroit et avec la bonne traduction du sentiment. Le fait est que ce n'est pas dans le familier du langage de tes lecteurs. Je n'ai pas de choc en lecture pcq c'est mon monde et le fait que tu ne sois pas dans un rapport médical psy mais dans un roman, n'enlève pas la justesse du sens donné. Mais si tu veux te mettre à porter de toutes les formes de lecture c'est effectivement une formulation à changer. On risque d'y attacher que le côté médical dans sa complexité. Pour moi pas de soucis mais je ne suis pas seul lecteur ;) On aborde ensuite Kraus et sa manipulation qui tombe à l'eau pcq Irène ne se fait pas avoir et remet quand même le message "Bravo". Puis cette préparation chez Mémé, les enfants dans la cloison et ce chapitre émouvant de l'intervention des allemands, la claque… Je te félicite de ce travail et t'encourage pour tous les chapitres restants. Courage ton histoire est super et elle se tient tant d'un point de vue historique que dans son roman. Félicitation.

Jimilie Croquette

-

Il y a 2 mois

Merci pour cette relecture attentive, et merci pour tes encouragements ! Courage à toi pour la fin du concours aussi... Moi j'ai beaucoup d'écriture, je ne sais pas si je vais y arriver dans le temps imparti...