Jean-Marc-Nicolas.GLettres à ÉvaHors-SérieLe souffle chaud.

Le souffle chaud.

Tu as aimé ce chapitre ?

28 commentaires

chocotean

-

Il y a 3 jours

Bien cher ami écrivain, bien que tu n'aies pas publié la suite de notre petit roman préféré, je voudrais, si tu veux bien, bien sûr (je m'amuse pardon) te demander : te serait-il possible de me faire parvenir ton premier opus, les Anachorètes? Je rage et je bisque car avec Fyctia, on n'a jamais droit à la fin des histoires que l'on suit passionnément. Tu as dit l'autre fois que notre chère dame aux ronces était en passe de voir le jour, et je croise les doigts pour pouvoir aller l'acheter trèèèès vite (d'ailleurs il faudra que tu nous dises comment nous le procurer, celui-là!) donc j'aimerais bien pouvoir connaitre ENFIN la fin de cette sombre histoire. Serait-ce possible? Si je te laisse mon mail? [email protected] Tu es un amour si tu peux, je ne t'en voudrais pas si cela n'est pas possible. Je reste fan quand même!! Belle semaine, ami écrivain, prends soin de toi et des tiens -et pitié, viiiite la fin! -

Valantine.B

-

Il y a 6 jours

Mais quel beau moment, d'une douceur avec cette musique, les cœurs qui se rapprochent, qui s'unissent en finalité et trois personnes qui sont déjà envoûtés la Sœur qui regarde avec tendresse cette jeune-femme et cet homme plus loin, sur un autre bord l'attroupement autour du piano et deux mains passionnées de Blanchard qui s'agitent avec force et fait battre son âme qui est encore liée à sa patrie et vibre à la Polonaise. Et lorsque tu mets ce contact entre Valantine et Raoul c'est un ensemble qui s'efface et je n'ai vu plus qu'eux et ce contact qui faisait chaud alors qu'autour d'eux il fait si froid. Tu as ravi ce moment où mes yeux ne voulaient pas dormir, heureusement je ne travaille pas ce soir et je vais donc me laisser bercer par la musique qui a enveloppé ce dernier moment de lecture et je vais ouvrir mes fenêtres pour écouter la nature sur son rythme. Bonne journée cher auteur de mes pauses, et l'attente de cette fin que je ressens très proche. Merci encore pour ce chapitre sur la vie de Valantine, tu sais pourquoi.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 5 jours

Oui je sais pourquoi, mais ça, c'est un petit secret entre nous.

Sarah Relousse

-

Il y a 6 jours

Mon dèj plus tôt, je n'ai pas beaucoup de temps mais j'ai tout lu et ton dernier chapitre a tout fait voler en éclat entre les bleus, cette musique et le baiser, excuse moi je suis un peu anarchique mais encore une lecture qui m'a fait tout lire sans m'arrêter, un bonheur une joie c'est indéfinissable, cette Valantine qui s'en vouloir cacher, nous dévoile plus encore de son grand-père et ce passage intense avec Dussac jusqu'à leur départ. Ce courage de tous quand ils se font fouiller car ils ont des armes dans le camion et ce jeune Charmant qui m'a fait sourire et ce côté magique du paquet de brunes, j'ai aimé ce moment. il n'y a pas finalement de colère de rancœur, il y a juste des hommes qui s'entraident avec cette petite crevette comme tu l'as appelé, c'était mignon et fragile. Je te dis à + je dois encore filer rapidement mais tu sais qu'en bonne fan, je trépigne de la suite.😉

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 5 jours

Bonsoir ma Sarah, je vois que tu as aimé, et je m'en réjouis, ce sont des passages forts entre hommes et une femme. Moi j'ai terminé ma journée tard, je n'ai pas pu déjeuné, mais j'ai pris un repas ce soir à 9 heure. A bientôt.

Groot Gross

-

Il y a 6 jours

C'est Dur et tu as gardé les émotions entre ces hommes et le colonel Dussac, cette Valantine qui est une forme de jolie empreinte de douceur même avec son vomi de bébé😂Cette arrivée où je me suis dit tu vas voir que jmng m'a trompé des jours sont passés et Raoul est plus là, mais non l'amour a de jolis terminaison et tu me fait finir avec une bonne vieille méthode qui doit faire fondre tes lectrices et moi après les barrières j'attends cette complication que tu sais si bien ajouter quand on est là comme des cons à se dire mais qu'est-ce qu'on est bien. En clair c'est les prochains chapitres qui vont me donner mes grands speeds si je ne m'abuse😋🤩😅😆A bientôt frèro, compagnon de mes plus grands moments de lecture de ces derniers mois😎

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 5 jours

Salut mon copain, oui la suite est une succession d’événements qui se précipitent, mais tu connais bien ton auteur quand même, il faut le dire, tu connais son rythme et son style, j'ai nommé JMNG 😉😁

Perrine

-

Il y a 6 jours

Que dire de plus que ce que tu viens d'écrire et qui emporte ce piano, Sœur Pawleska touchée jusqu'au fond de son cœur, un silence, des regards, un rassemblement, ses notes qui tambourinent en écho dans la vieille bâtisse et ce Raoul qui enserre Valantine, pour finir par ce baiser, c'est le côté divin quand on sait qu'ils ne sont pas si loin de la Feldgendarmerie à Todtmoos. J'ai déjà le terme de ma lecture et avant de pieuter je vais faire de la stratégie projet sur ce que tu pourrais donner comme tournure parce que là comme toujours d'ailleurs tu me laisse la tête dans le potage et il fait chaud en ce moment alors avec de penser à tes prochaines pages je vais opter pour une boisson fraîche😋😊Bonne nuit l'ami et si tu dors pas et que tu écris c'est bien aussi😂juste moins reposant, ton lieutenant attend les ordres maintenant🤣

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 6 jours

As-tu du Quebec frais? Je pense toujours à toi avec tes locomotives et ton Quebec, c'est extraordinaire tout de même!

chocotean

-

Il y a 5 jours

Aaaargh, mais je n'avais pas vu que l'histoire s'arrête ici pour aujourd'hui. J'étais pressée de passer au chapitre suivant, et du coup, tu as noté que j'écourte mes commentaires pour aller savourer le reste de ma lecture. Bon tant pis, donc je me fais un petit bilan des chapitres que j'ai découverts aujourd'hui : humour, action, émotions, tu joues sur tous les registres avec un seul et même résultat on est accroc, on lit, on râle, on rit, on pleure. Tu manies le stylo avec brio, aisance, et un charisme certains. Tu es pour moi (et pas que pour moi je pense) un véritable écrivain. Tu peux tout écrire, tout décrire, on ne s'en lasse pas. Un vrai festin