Jean-Marc-Nicolas.GÀ la découverte des Anachorètes.ThrillerFichons le camp.

Fichons le camp.

Tu as aimé ce chapitre ?

27 commentaires

Ashley Moon

-

Il y a un mois

Notre imagination nous emmène parfois dans des lieux sombres et même si l'on pense que cela n'est pas réaliste, une part de nous même se dit ' et si ? ' Tu retranscris vraiment bien cette sensation et c'est un plaisir à lire, car on s'identifie et on ressent, je dirai même qu'on perçoit nous aussi ces silhouettes

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a un mois

Bonjour Ashley, c'est un commentaire très juste, provenant d'une analyse empreint de maturité. Je retrouve chez toi quelque chose d'identique chez certains de mes lecteurs. Globalement, je dirais que les lecteurs qui sont devenus mes potes, aiment ce que l'on voit a un premier degré. Les images si tu préfère qui se dégagent de ce texte. Une forme d'effets spéciaux, les garçons en sont friands. Et puis il y a les lectrices, elles sont différentes, ayant chacune leur personnalité, certe, mais toute fois, un point commun, une analyse issue d'une autre sensibilité, je pense "féminine" elles ressentent à un deuxième degré cette histoire, quelque chose de plus profond. Tu le démontres une fois de plus (il faut lire les autres commentaires pour que tu t'en rendes compte, si tu ne l'a pas déjà fais) Cette histoire comme d'autres est a deux vitesses, il y a deux façons (au moins) de la comprendre. Je note qu'il y a la façon masculine et la façon féminine. A cela tu ajoute le fait que beaucoups d'entre elles me suivent depuis le début, qu'elles ont lu le premier volet, elles sont donc déjà empreints de cet univers, c'est donc pour elles quelque chose de familier. Tu a cette faculté de ressentir, de plus tu es comme moi, écrivaine, donc une partie imaginaire vit en toi. Alors c'est un plus, tu n'as pas besoin de visualiser cette histoire sur un écran tu le fais dans ton esprit, c'est un pouvoir que nous avons, nous, qui aimons lire. Bonne continuité de lecture Ashley. Et puis il suffit de te lire pour comprendre un peu, je dis bien un peu qui tu es.

Ashley Moon

-

Il y a un mois

Je suis complètement d'accord avec toi, nous n'avons pas besoin de voir des images pour y coller un texte. Cela se déroule tout seul dans notre esprit. Je pense que tu es comme moi quand tu écris, tu vois la scène dans ta tête et tu la couches sur papier, c'est ce qui la rend vivante. Faire vivre un passage, une histoire comme celle-ci est assez compliquée. Je pense que tu as raison, la vision masculine et féminine est parfois différente. On voit les choses à un autre niveau. Je te remercie aussi pour ces compliments :D, nous avons tous les deux, comme les autres écrivains, une imagination fluide et créative, ce qui permet de se plonger dans l'histoire et d'y voir sans difficulté ce que tu veux nous faire comprendre. Je dévore par petits bouts ton histoire sinon je vais la finir en une heure :)

jill

-

Il y a un mois

Tu as eu comme moi une maison dans ton enfance qui a été sujette à des élucubrations qui entraînent ton monde intérieur aussi vivant que ce texte que je viens de lire. Eh oui, tu sais on est les victimes de nos imaginaires et de nos désirs aussi de croire à ce qui ne se voit pas et que l'on arrive à percevoir dans nos débordements😆

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a un mois

Là, je suis épaté par la dernière partie de ton commentaire, j'appréhende bien ce que tu veux me faire comprendre. Pour la première partie ( oui, je sais je ne suis pas cohérent😁😏) Nous avons connus toi et moi, cette vieille demeure que l'on appelle couramment chez moi en Provence, une Bastide, bien que celle là était plutôt grande pour une simple Bastide. Elle a littéralement fasciné le petit garçon que j'étais. C'est curieux comme des images bien nettes me sont restées dans mon esprit. Même les odeurs que j'ai retrouvé parfois dans d'autres maisons abandonnées mais les autres. Je ne sais pas comment les définir ces effluves qui flottaient dans l'air. Il me reste quelques photos que j'ai retrouvé par hasard il y a deux ans, mes parents se sont photographiés mutuellement avec moi dans leur bras et devine ce que l'on voit de la fenêtre en arrière plan? LE CHATEAU!! A bientôt Jill

Crispiejolie

-

Il y a un mois

Rien que la fin donne le nœud au ventre, tu me fais le plaisir d'en mettre deux alors je vais m'y projeter😎avant que Rachel serve de repas😆

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a un mois

Il va y en avoir encore quelques-uns pour terminer au moins la première phase, je ne peux pas terminer avant, sinon se serait couper en plein milieu de quelque chose qui doit rester entier. Mais tu comprendras dans quelques jours ce que je veux te dire.

Crispiejolie

-

Il y a un mois

Oh oui encore un chtit peu🤗🤩

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a un mois

Mais oui, ne t'inquiète pas, et puis tu as bien une boîte mail?😉 dans quelques semaines ce texte sera relu et aura subit la première correction, pas encore prêt à l'édition mais prêt pour mes miens, ceux qui ont toujours été proches, tu vois de qui je veux parler? Un avant goût pour les privilégiés. La bande à JMNG. Il n'y avait pas une Crispiejolie , Tu sais cette personne fraiche et spontanée comme l'arrivée subite du printemps, J'en ai quelques une comme cela autour de moi et quelques-unes d'ailleurs que je n'oublierai pas, tu sais que je ne vous ai jamais laissé tombé, rappelles-toi "de lettres à Eva" et "Des Anachorètes" Allez, je me remet au travail, je dois envoyer quatre chapitres pour ce weekend😁😂😃🙄😏

chocotean

-

Il y a un mois

Le commentaire est parti trop vite, je n'ai pas eu le temps de finir!! Bref, je voulais te redire encore que ton histoire résonne très fort en ces temps troublés où règne la sinistrose, la peur des gens qui ne réfléchissent plus devant leur tv, les équipes médicales surchargées. J'ai un peu l'impression que ces jours nous sommes dans un de tes mondes incertains. Il nous faut trouver la force de résister à quelque chose que nous ne maitrisons pas. Nous sommes en parfaite harmonie avec ce que Rachel vit. Merci en tout cas, de nous entrainer avec toi dans une autre dimension qui nous permet un peu d'évasion